Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Le PC du Lieutenant-Colonel Driant

Le 21 février 1916, le lieutenant-colonel Driant ôte son alliance qu'il remet à son secrétaire et lui dit : "Si je suis tué, vous irez la rapporter à Madame Driant". Ce même jour à 7H15, se déchaîne un pilonnage d’artillerie, d'une puissance encore inconnue, par 1200 canons dont une forte proportion de gros calibres.

C’est le Trommelfeuer, la tempête de feu. La grande bataille franco-allemande de la guerre venait de commencer. Le lieutenant-colonel Driant, député de Nancy, engagé volontaire bien qu’ayant dépassé l’âge de mobilisation, tente d’organiser la défense sous le feu allemand. Il est atteint d'une balle à la tête alors qu’il commande le repli sur le village de Beaumont.

La Stèle du lieutenant-colonel Driant représente l’emplacement où Driant a été tué au combat par les Allemands. Sa tombe provisoire était à 400 mètres de là. Son corps sera transféré après la guerre au monument actuel. 13 chasseurs à pied inconnus sont inhumés auprès de la tombe définitive de leur chef. Le Poste de Commandement de Driant, ouvrage bétonné, a subi le choc de l'attaque allemande. Un large demi-cercle de bornes sculptées après la guerre indique les insignes et les noms des commandants de bataillons de chasseurs qui ont combattu à Verdun.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla