Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Haumont, village détruit

Le village de Haumont est la première victime de l’attaque allemande du 21 février 1916. Malgré les contre-attaques des troupes françaises, les Allemands détruisent le village. De la fin du mois de juillet à la seconde moitié du mois d’août 1916, beaucoup de Sénégalais combattent au sein des 51e et 65e bataillons de Tirailleurs mais surtout du Régiment d’Infanterie coloniale du Maroc, dont les hommes reprennent définitivement Fleury le 18 août 1916, après dix jours de combats. Du 07 au 11 octobre 1918, les tirailleurs sénégalais repoussent les troupes allemandes du bois d’Haumont-près-Samogneux. Cette action marque la libération définitive du village. 30 000 Tirailleurs Sénégalais seront déclarés morts durant la Première Guerre mondiale dont 2000 du 68e bataillon tombés sur le terrain du Haumontois. Entre 1914 et 1918, ce sont 181 512 « Sénégalais » de l’AOF qui se battent dans les rangs de l’armée française dont plus de 135 000 en Europe.

Le village de Haumont-près-Samogneux comptait 139 habitants en 1914. Village « Mort pour la France », non reconstruit, il tient son nom de sa situation géographique, en haut d’un mont. On aperçoit sur le chemin, les familles d’antan qui se fondent dans le paysage, tentant de faire revivre le passé, de donner une âme à ces lieux. Un peu plus loin à droite, se trouve un lavoir. S’il n’y avait pas ces énormes blockhaus, vestiges du désastre, on pourrait croire qu’un village est en train de naître. La végétation reprend ses droits sur les ruines du presbytère qui abritait le poste de commandement du Lieutenant-Colonel Bonviolle durant l’attaque allemande. La chapelle du souvenir a été inaugurée en 1932. Le triptyque de Lantier raconte Haumont de 1914 à 1916 tandis qu’une plaque commémorative est apposée sur le mur d’enceinte. Devant la chapelle se dresse le monument aux morts érigé en 1928.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla