Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

La Batterie de Duzey

En septembre 1915, après huit semaines de travaux, la batterie de Duzey est installée par les Allemands. Le 21 février 1916 à 7 heures du matin, un obus de 380 touche la cathédrale de Verdun. Il sera le premier obus de la bataille. Début 1917, l'armée allemande va devoir se replier. Les troupes françaises découvrent les lieux, mais point de canon. Celui-ci a probablement été démonté pour ne pas tomber dans les mains adverses.

En traversant les lieux, on en perçoit encore l'écho des lointaines tragédies. En ce lieu, gît, en effet, depuis près d'un siècle, un étrange théâtre à ciel ouvert: un monument de béton érodé et d'acier oxydé. On croirait découvrir les vestiges des gradins et d'une scène d'un très ancien hémicycle conçu pour le spectacle. C’est une énorme infrastructure de béton aménagée pour un canon de marine de 38 cm de calibre et pesant 20 tonnes. Il tirait des obus de 750 kg avec une portée de 45 km. Pour approvisionner le canon en obus et en poudre, la logistique reposait en grande partie sur le rail. Les munitions étaient déchargées sur des wagonnets qui se déplaçaient sur des voies de 60 cm d’écartement bétonnées. Des cheminées assuraient la ventilation de l’atelier souterrain de préparation des charges d’explosifs. Ce canon que l’on appelait, à tort : la "Grosse Bertha", était une pièce maîtresse pour l'armée allemande, dont les tirs étaient destinés à terroriser la population.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla