Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Le Fort de Troyon

Le fort de Troyon est un élément majeur de la ligne des forts isolés entre les places fortes de Verdun et de Toul dans le système défensif Séré de Rivières. Son rôle est de protéger la Vallée de La Meuse.

Du 8 au 13 septembre 1914, il est violemment pilonné par l'artillerie lourde allemande en vue d'encercler Verdun par le sud. Malgré d'importantes destructions et pertes en hommes, sa garnison, armée de quatre pièces de 120 et de douze canons de 90, aux ordres du capitaine Heym, tient tête avec 450 hommes du 166e R.I., du 5e R.A.P et quelques éléments du 8e Génie puis repousse plusieurs assauts de l’infanterie allemande. Elle met en échec les Allemands. Le fort fait l'objet d’un second bombardement du 22 au 27 septembre 1914. En 1918, le fort servit de centre de tri pour les blessés américains lors de la reprise du "Saillant de Saint-Mihiel" et de la Butte du Montsec. Plus de 800 d’entre eux y décédèrent des suites de leurs blessures.

Au cœur d’une remarquable architecture en pierres de taille, la visite du fort de Troyon nous plonge dans l’univers des soldats d’une fortification de la Première Guerre mondiale. Elle nous fait revivre le combat de septembre 1914, leur résistance héroïque ayant eu une véritable incidence sur le déroulé de la Bataille de la Marne.La puissance des nouveaux « obus-torpilles » ayant rendu les poudrières maçonnées du fort complètement obsolètes, des poudrières souterraines avaient été creusées en 1896 sous la surface du fort. Les caponnières simples et doubles destinées à la défense directe font faces aux extérieurs du fort. Le fort comporte dix-huit plates-formes  d’artillerie lourde à ciel ouvert. Le centre est  occupé  par  les logements et locaux casematés abritant la garnison et les services.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla