Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Le Monument à la Victoire

En 1917, à bout de force, les combattants ne croient plus à la victoire. Des mutineries éclatent un peu partout. En avril les Américains entrent en guerre au côté de la Triple Entente qui remporte la victoire.

Les Allemands épuisés signent l'Armistice le 11 Novembre 1918, dans un wagon aménagé au carrefour de Rethondes dans la forêt de Compiègne, mettant fin à quatre années de combats sanglants. Dans toute la France, les cloches sonnent à la volée. Le monde reprend son souffle. Au front, le soulagement est général, les clairons bondissent sur les parapets et sonnent le «Cessez-le-Feu». La «Marseillaise» jaillit à pleins poumons des tranchées. En face, malgré la défaite, c’est le même soulagement. Pour la première fois depuis quatre ans, Français et Allemands peuvent se regarder sans s'entretuer. C’est la fin du plus terrible conflit que le monde avait connu jusque-là. La guerre a fait près de dix millions de morts sur les champs de bataille du monde, laissant quatre millions de veuves, huit millions d’orphelins et plus de six millions de mutilés.


A Verdun, le monument  à  la victoire, adossé aux remparts du XIIème siècle, a été érigé en 1920 au sommet d'un escalier monumental qui relie ville basse et ville haute. Au sommet de la tour pyramidale de 30 mètres, un guerrier médiéval appuyé sur son épée massive monte la garde, le regard porté vers les champs de bataille à l'est. De part et d'autre du monument, deux canons russes de la Première Guerre mondiale pris aux allemands encadrent la tour. Ce monument offre aux visiteurs une vue imprenable sur la ville. Au pied de la pyramide, une crypte abrite les noms des soldats français et américains ayant combattu en Meuse. A l'origine, une décoration spéciale, « La Médaille de Verdun », était décernée à chaque combattant de Verdun survivant.


Chaque année, la Flamme du Souvenir est prélevée sur la tombe du soldat inconnu à Paris. Des athlètes et des scolaires l’acheminent ensuite jusqu’au monument à la victoire. Veillée par des associations patriotiques, elle connaît plusieurs ravivages par des élus, des présidents d'associations d'anciens combattants et des personnalités diverses.  Elle est également partagée et remise aux représentants de différentes communes venus la chercher pour la déposer devant leur monument aux morts le 11 novembre.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla