Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

L'Ossuaire de Douamont et la Nécropole nationale

A l'issue des hostilités, il s'avéra impossible d'attribuer une identité, à des centaines de milliers d'ossements retrouvés de façon éparse dans le secteur de Verdun. A l’initiative de l'évêque de Verdun, Monseigneur Ginisty, des fonds furent récoltés pour l'édification d'un sanctuaire destiné à recueillir ces ossements.

122 villes françaises firent preuve de générosité, mais aussi 18 villes du monde entier. La Belgique, le Canada, les Etats-Unis figurent parmi les plus généreux contributeurs. En 1927, les premiers cercueils d'ossements furent officiellement transportés depuis la chapelle provisoire jusqu'à l'Ossuaire en construction, dont l’inauguration définitive aura lieu en 1932.

Le monument mesure 137 mètres de long. La façade principale est décorée des armoiries des villes qui ont contribué à l'exécution du monument. En sous-sol, des fosses reçoivent les ossements de 130 000 soldats français et allemands anonymes. Elles sont surmontées dans le cloître de cénotaphes de granit rouge qui indiquent de quel secteur  du champ de bataille proviennent ces ossements. A chaque extrémité du cloître, un massif bouclier de granit entretient la flamme du souvenir. Sur les pierres de la voûte, les familles ont fait graver les noms de leurs disparus et les associations de combattants une dédicace de reconnaissance. Dans la chapelle, les fenêtres sont garnies de vitraux de conception moderne du peintre Georges Desvallières, ancien combattant et maître de l'art sacré. Au sommet de la tour de 46 mètres qui porte la Lanterne des Morts éclairant le champ de bataille, il ya une cloche de bronze de 2 042 kg et un panorama sur tout le champ de bataille.

Devant l'Ossuaire de Douaumont s'étend l'immense nécropole nationale de Fleury où ont été regroupés 16 142 soldats français dont 6 de 1939-1945. Parmi les tombes, 592 de soldats musulmans sont inhumés. Inauguré en 2006, le Mémorial consacré aux soldats musulmans morts au combat se situe à côté de la nécropole. De l’autre côté de la nécropole se trouve le monument édifié en 1938 pour les soldats israélites morts pour la France.

Une plaque commémorative de bronze, fixée en surplomb de la nécropole de Fleury, devant l'Ossuaire, rappelle la journée du 22 septembre 1984 au cours de laquelle le Chancelier Kohl et le Président Mitterrand ont rendu hommage aux combattants de leurs deux nations et réaffirmé, main dans la main, l'amitié franco-allemande.

Le monument du Soldat du Droit est dédié à la mémoire du juriste André Thome et symbolise la contribution des professions du droit à la guerre. Sous-lieutenant au 6e Dragons, il avait été détaché à sa demande à la 134e Brigade d’Infanterie. Il fut grièvement blessé et mourut en mars 1916.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla