Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Fleury-devant-Douaumont, village détruit

En ce mois de novembre 1913, on peut s’imaginer une vie paisible dans cette petite commune de Fleury-devant-Douaumont qui vit au rythme des saisons. C’est un petit village de 422 habitants qui respire simplicité et joie de vivre. C’était, avant le coup de grâce, avant que cette ombre fugace ne vienne subitement se jeter sur le terrible destin de ses habitants, du 21 juin jusqu'à fin septembre 1916.

Une préparation d’artillerie ultra-violente et la mise en ligne de troupes d’élites, en supériorité numérique, ne laissent aucun doute sur la volonté allemande de conquérir Verdun. Jamais la ville n’a été si menacée et il s’en faut de peu qu’elle ne tombe. Le village de Fleury se trouve en première ligne, sous le pilonnage qui réduit à néant les maisons de paysans lesquels ont été évacués. Les combats sont particulièrement âpres. Les pertes sont énormes dans les deux camps. Les ruines du village, pris et repris 16 fois, redeviennent définitivement françaises en août 1916. Dès lors, l’armée française engage une action de reconquête en direction de Vaux et de Douaumont.

La chapelle du souvenir est dédiée depuis 1979 à Notre-Dame-de-l ‘Europe, symbole de paix et de réconciliation. Les vitraux peints par Gruber en 1934 sont dédiés au fantassin, figure du champ de bataille… »  A voir aussi sur le territoire du village, le lion de Souville qui matérialise l'avancée extrême de l'armée allemande à Verdun en 1916, puis  le monument dédié à André Maginot, député de la Meuse, ministre de la guerre et ancien combattant de Verdun en 1914.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla