Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Le Fort de Vaux

 Le 4 juin 1916 à 11H30, "Le Vaillant", matricule 787.15, dernier pigeon voyageur du commandant Raynal, porte le message suivant : « Nous tenons toujours, mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumées, très dangereuse. Il y a urgence à nous dégager.

Faites nous donner de suite communication optique par Souville, qui ne répond pas à nos appels. C'est notre dernier pigeon. ».

Signé : Raynal.

Lorsque qu'il prend son envol, le pauvre oiseau est désorienté et vient se reposer sur l'embrasure d'une meurtrière. Il est récupéré et envoyé à nouveau, mais cette fois, salué par les mitrailleuses allemandes, il s'envole en direction de Verdun. Quelques dizaines de minutes plus tard, il rejoint le pigeonnier militaire de la citadelle de Verdun et expire. Il a accompli sa mission. Il recevra une bague d'honneur avec une citation mentionnée plus tard sur une plaque inaugurée le 24 juin 1929, dédiée aux colombophiles morts pour la France et au dernier pigeon du fort de Vaux.

Le fort de Vaux est le symbole de la résistance française lors de la bataille de Verdun. Il a été construit au nord-est de Verdun de 1881 à 1884, puis modernisé avec des renforcements de bétonnages, des tourelles de 75, puis deux casemates de Bourges. Pouvant accueillir une garnison de 150 hommes, il permet de comprendre l'organisation d'un fort et de mieux appréhender la vie des combattants au quotidien. Le fort de Vaux est également constitué de galeries et salles souterraines dans lesquelles la garnison française du commandant Raynal a résisté, assoiffée et ayant perdu tout espoir de voir arriver des renforts, jusqu'à l'extrême limite de ses forces du 1er au 7 juin 1916.  Alignés sur deux rangs, les Allemands rendirent les honneurs aux derniers résistants français du fort de Vaux.

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla