Atelier Canopé 55 - Verdun
Pôle Histoire & Culture européenne

Beaumont, village détruit

Le 21 février 1916, le tonnerre des canons marque le début de la bataille de Verdun et scelle le destin de plusieurs villages. Durant les deux premières années de la guerre, les habitants ont dû peu à peu abandonner leurs demeures et leurs biens.

En 1915, les militaires utilisent ces villages comme refuges, cantonnements ou dortoirs. Devant la menace d’attaques allemandes, les villages sont mis en état de défense surtout en 1916, afin de constituer des centres de résistance dotés d’abris, de créneaux de tir, de barbelés, de boyaux et de barricades.  Le bois des Caures tombe malgré l’héroïque résistance des chasseurs, du Colonel Driant qui, voulant se replier sur le village de Beaumont, est frappé à mort. Quelques hommes seulement  y parviennent. La lutte est trop inégale et les Allemands bombardent systématiquement sur ce village.  Le 24 février 1916, dans l’après-midi, le village de Beaumont tombe.

Le village de Beaumont-en-Verdunois comptait 186 habitants en 1913. Village « Mort pour la France », il est aujourd’hui, non reconstruit.  En 1931, un monument est édifié à la mémoire des enfants de Beaumont morts pour la France. Pour honorer la mémoire du village, un monument est érigé où sont gravés le texte de la citation à l'ordre de l'armée de la commune ainsi que les noms des morts de Beaumont pendant la guerre. En 1932, il fut décidé que chaque année, le 4ème dimanche de septembre, jour de la fête patronale, La Saint Maurice, "les anciens habitants et leur famille se réuniraient en ces lieux pour honorer leurs morts et respirer l'air du pays natal", tradition qui se perpétue ...

Haut de page
Powered by jms multisite for joomla